Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
jouveneau
Messages : 11
Date d'inscription : 26/09/2017

Retour entretien téléphonique du 22/09/2017 avec Didier Huck:

le Mer 4 Oct - 12:49
Didier Huck est en charge du RSE (réseau social des entreprises), i.e. lobbying.

REMARQUES SUR Historique Assemblée Nationale:
Risque de tout perdre avec Carrez et Valérie Rabault.
Debat : http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2016-2017/20170083.asp

2 types de crédit d’impôt:
-intangible tant qu’on ne le change pas.
-renouvelé tous les 3 ans. Et donc repassé à la loupe par l’assemblée nationale.

En novembre 2016, repassage à la moulinette (au parlement). CNC a voulu soumettre un nouveau crédit mais sans présenter de réelles évaluations des dispositifs mis en place. Sans évaluation, Carrez a donc proposé de l’annuler tout bonnement. Valérie Rabault a laissé faire.
Les débats ont duré 36H en dec.2016, juste avant Noël. PLFR (projet de loi des finances rectificative).
Marc Tessier a rameuté dans les camps de l’opposition comme dans ceux du gouvernement. Mais comme il y avait beaucoup de parlementaires “inconnus” présents car beaucoup d’autres sujets discutés, il y avait une grande incertitude quant à ce que ceux-ci allaient voter. Le vote a eu lieu à minuit 15.
Finalement amendement OK pour 3 ans avec évaluation des 250K€.

A noter: ces débats ont eu lieu sur une très courte durée et la crainte qu’ils ne retombent dans la presse était forte: A LA, la réaction aurait été “laissez tomber les français, vraiment pas fiables!”

REMARQUES SUR Canada (Montréal principalement):
-Population 35M en 11(?) provinces et 2 langues. 8M au Québec. Il y a maintenant plus d’emploi (ou de CA?) en post-production qu’en tournage au Québec.
-Parmi les nouvelles boîtes qui s’installent à Montréal, ILM et WETA sont ≠ car elles ne suivent pas la même logique financière que les autres.
-En pratique, le taux à Montréal est souvent de 39,5-40%.

-Le mécanisme de crédit d’impôt a embrayé sur l’existence historique de sociétés existantes, marché local VFX plus important qu’en France. Il a mis 7ans pour se mettre en place. Framestore a été la première société étrangère à s’y installer. Donc du temps pour bâtir.
Boîtes historiques à 100-150 employés:
-Hybrid -> Ubisoft
-Rodeo FX (~150)
-Moko (Digital District)
-Alchemy 24
-Digital Dimension
-Mells (racheté par ?)
-Oblique FX
A propos de la stabilité et la durabilité, chaque critique, révision et remise en cause a eu des répercussions au plan national et international, provoquant des crises de confiance d’un an à chaque fois. Les discussions avaient des effets sur les producteurs étrangers, les rendant “timides” à l’investissement au Canada.

Une autre différence fondamentale au Canada: c’est le ministère des finances qui décrète sa politique fiscale (mais les taux sont peut-être discutés au parlement?). Genre 2 personnes prennent la décision et rendent compte, pas de débat public.
En France, l’imagination fiscale est ≠, le parlement discute du budget. Il n’y a donc pas la même stabilité fiscale en France, et pour prendre la décision d’aider à hauteur de 8M€/film par exemple, on ne peut envisager de la mettre en action sans pérennité donc sur un an seulement car il y a besoin de retours et d’études de validité d’une mesure.
On ne peut mettre en place la décision, la communiquer et obtenir des retours et les étudier en moins d’un an.
Donc la prévisibilité et la stabilité sont indispensables tant en externe (les producteurs hésiteraient) qu’en interne (mesure doit être communiquée aux clients et évaluée sur une période).

REMARQUES SUR Ondes de choc sur les débats sur crédit d’impôt:
Londres
Montréal 2014
Ontario 2015
Vancouver 2016 (pourtant proche par la langue et le time zone): hésitation des clients producteurs pendant la négociation.

-British Columbia (Vancouver) a de gros pbm de budgets. La vie y est très chère. Il y a aussi le projet d’y créer la nouvelle Silicon Valley (à cause de Trump entre autre). Ce qui pousserait les VFX ailleurs?
25% sur Main d’Oeuvre (MO) pour résident fiscal au 1er janvier. Les règles pour obtenir le crédit d’impôt diffèrent donc entre chaque province.

-En Ontario, il y a un deficit abyssal. Taux sur MO (?!?)
Au niveau fédéral canadien, on prend en compte la MO.
-Montréal ne peut augmenter indéfiniment (pbm de recrutement, …)
Les VFX touchent des jeunes d’une catégorie sociale aisée qui a donc des retombées économiques (Ontario, Québec) diffèrent des matières premières. Ca joue donc sur l’emploi et le taux des résidents (calme social). Pas que les VFX d’ailleurs, ils font idem sur la VR, l’IA et le jeu vidéo. ≠t de France…

REMARQUES SUR Fiscalement, il n’y a pas que le taux du crédit d’impôt qui joue:
-Pour bien comprendre le crédit d’impôt il faut prendre en compte la notion de taux net: le coût des emplois et l’infrastructure en place ainsi que le coût de la facture (charges patronales élevées en France et encore plus sur les intermittents (1.67 du brut par rapport aux permanents à 1,58). Les VFX à Montréal se sont mis en place sur des zones en friche dans les années 90 et ont donc développé la ville.
Le crédit d’impôt québécois avait trois objectifs tous remplis: le développement des habitations, des immeubles de travail et la restauration de la ville. Support des maires de Montréal et de Québec (ville).

-Il y a aussi la notion de devise (mentionné dans la chute de £ lors du brexit, p. ex.) : le taux de change du USD n’est pas bon par rapport à l’€ pour le business.
Le Can$ s’ajuste avec le pétrole et les matières premières.
Du coup, pour compenser tout cela, un taux attractif en France serait plus autour de 45% (+ que 40%).

Le contexte économique global du Canada est très ≠ de la France: 2,2 Mds$ d’excédent cette année à comparer à la France en déficit. Aussi à ramener aux régions Paris IDF et Rhône-Alpes sont concernées mais pas la majeure partie des régions.

REMARQUES SUR Doute sur les britanniques:
En général, se mettre d’accord avec les britanniques se retournent contre les français. Ils savent négocier et en tirer avantages. D’accord pour les attaquer “à la marge” sinon ils se braqueraient.

REMARQUES SUR Le marché français est trop petit:
80M€ en VFX FR 2015 dont 15M€ en film (dont 8,8M€ en Belgique!). 15M€ est le CA de MPC Montréal seul.
Sur des budgets entre 500K et 1M€, peu de boîtes en France ont l’infrastructure pour les tenir, il faut qu’elles mûrissent et cela prend du temps.
Donc peut-être OK pour 1M€, mais 8M€, c’est trop.
Si on convainc le parlement de mettre en place un dispositif, ce sera ONE shot et ne se reproduira pas.

REMARQUES SUR La circulation des gens:
Pour les PME, elles sont trop faibles seules. Elles ont besoin de gros prestataires VFX pour assurer une crédibilité. Problème de masse critique. Ces gros prestataires apportant une crédibilité auraient un effet vertueux sur les petits budgets.
Donc les 2 s’alimentent (PME et gros prestataires).

REMARQUES SUR Préfinancement :
Voir société Kaibou par exemple: intermédiaire canadien entre client et prestataire. (ils pré-financent le provincial et gardent le fédéral ?)
La relation client - prestataire est primordiale. Le client doit être sûr que le prestataire ne va pas disparaître. Donc l’appui de Film France est limité (idem concernant prod exe à Londres avec Film France). La marque du prestataire est plus importante pour le client que FilmFrance.

REMARQUES SUR Latence des mises en place des crédits d’impôts:
Valérie Lépine (Film France) constate combien c’est long à “prendre” à LA. Les clients travaillent leur financement avec des simulations lourdes (pré-screening, …). Il suffit de voir le temps qu’a pris le Québec pour voir les retombées.

REMARQUES SUR Autre pays dangereux pour le crédit d’impôt:
l’Australie. Pour résoudre des lacunes d’immigration, raisons démographiques. Très agressif en VFX. Ne semble pas inquiet par l’Inde!
Géogie aux US joue aussi beaucoup au crédit d’impôt.

REMARQUES SUR Concernant la dynamique des talents:
Le renforcement à Montréal va créer un ajustement salarial à la hausse.
Il y a des tensions en anim en France.
Vancouver au coût de la vie très cher doit de fait augmenter les salaires.

REMARQUES SUR Miscellaneous:
Les britanniques travaillent leur politique de manière dynamique et en projection, alors que l’on est plus statique en France.
Vu les accords économiques et autres en général avec le Canada, jouer la France contre le Canada n’est pas une bonne option.

Même si le CNC s’auto-alimente, le taux des taxes est voté par le parlement.

Pbm de l’enveloppe globale de 40M€ vs crédit d’impôt illimité par essence. La subvention est discrétionnaire et non-automatique.

Ailleurs qu’en France, le cinéma est une industrie ≠ de culture et art.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum